• Aujourd'hui la meilleure projection numérique qu'une salle peut offrir, c'est le DCP, quel que soit le support original

  • Image
    • Vous pouvez livrer votre master sur le support où il se trouve, et laisser à Charbon le soin de faire d'éventuelles conversions.
    • Si votre studio de post-production a la possibilité de faire une sortie spécifique pour votre mastering DCP, l'idéal est une séquence d'images TIF RGB 16bits, ou pour les formats plus légers une vidéo Prores 444 ou Prores HQ ou Avid DNX-HD.
    • Surtout, ne convertissez pas votre master Quicktime existant en suite d'images, la qualité n'y gagnera pas et il est porbable que les couleurs ou le gamma soient dénaturés.
    • Les logiciels de montage (Final Cut Pro, Avid, Premiere, After Effects) font des redimensionnements de piètre qualité. Mieux vaut donc livrer le master tel quel même si sa résolution n'est pas bonne. Charbon se chargera de l'adapter au format du DCP.
    Charbon accepte la quasi totalité des supports pour en faire un DCP.
  • Son
    • Le DCP supporte tel quel le son issu du mixage, en pleine qualité.
    • Les normes DCI exigent une bande son au moins 5.1. Dans la pratique, la plupart des salles diffusent correctement le stéréo (2.0), bien que les spectateurs des bords de la salle ne soient pas habitués à entendre les dialogues venir des côtés. Si possible, il faut au moins mixer en 3.0, de manière à faire sortir les dialogues du centre.
    • Le son doit être en 24bits et durer au moins aussi longtemps que l'image. Au besoin il sera converti ou allongé
    • Un son surround doit être livré séparément de l'image, avec une affectation claire des pistes (exemple : L.wav, R.wav, C.wav, LFE.wav, Ls.wav, Rs.wav).
    Charbon propose l'upscale du son stéréo vers un son 3.0 ou 5.1, réalisé en studio de mixage.
  • Sous-titrage
    • Un DCP peut se décliner en de nombreuses versions sous-titrées.
    • Les sous-titres pourront être soit sous forme de flux (c'est moins cher et plus souple), soit gravés dans l'image (ça résoud les rares problèmes d'incompatibilité et permet un contrôle total de leur mise en forme).
    • Les fichiers de sous-titres créés à l'extérieur peuvent être transmis sous forme .srt, .stl, .xml, .stp, ou sous forme de générateurs de texte simples (≠ plugins) dans une séquence Final Cut Pro.
    Charbon peut gérer l'ensemble du travail de sous-titrage et de traduction.
  • Synchronisation

    An niveau synchronisation, il faut veiller à ce que son, sous-titres et image puissent être calés sans erreurs possibles. Les medias image, et son, et le timecode 00:00:00:00 des sous-titres commencent alors

    • soit avec la même durée d'amorce avant la première image du film (exemple : 15 secondes de décompte)
    • soit avec la même absence d'amorce, début de l'image livrée = première image du film
    • soit avec un BIP à l'image, au son, et sous-titré "bip"
    S'il ne vous est pas possible de tout préparer, Charbon a de l'expérience en la matière !
    Le travail nécessaire peut être réalisé préalablement au mastering DCP.