DCP ?
 
Un D.C.P. c'est quoi ?
Digital Cinema Package :
c'est le nom qu'on donne aux répertoires de fichiers répondant aux normes du Digital Cinema et prêts pour être projetés par un serveur DCP.
Un DCP, ça ressemble à quoi, c'est organisé comment ?
C'est un répertoire de fichiers, comportant le contenu audio et vidéo sous forme de fichier 'mxf', et des fichiers de meta-data 'xml', décrivant comment lire les contenus audio et vidéo. Les fichiers sous-titres sont sous forme xml ou mxf.
what-a-dcp-looks-like
Un DCP, ça pèse combien ?
Pour une bande annonce, moins de 8 GB, pour un court métrage, moins de 64 GB, pour un moyen-métrage, moins de 128 GB, pour un long moins de 300 GB… en général
Le DCP c'est Hollywood ?
A la base, oui, c'est 7 studios Hollywoodiens qui s'allient pour créer le DCI… et imposer leur norme au reste du monde, avec succès.
Les studios ont créé un éco-système complètement contrôlé. Les studios ne diffusent leurs films que verrouillés, et munis de clés de décryptage seulement pour les réseaux et appareils qui ont leur confiance. Jusqu'à ce jour le système n'a pas été piraté.
L'originalité, c'est que le DCP est basé sur des fondements entièrement ouverts, notamment : le jpeg-2000, l'encapsulage mxf, les normes Smpte.
Ce système ouvert bénéficie à tous, et un DCP bien masterisé @24 sera lisible partout.
Le DCP, c'est pour longtemps ?
Maintenant que le DCP a balayé la pellicule, et alors que tous ses fondements sont opensource (jpeg-2000, encapsulage mxf, xml, etc…), la norme est partie pour durer. Même dans un futur lointain, il ne sera pas bien compliqué de lire les DCPs d'aujourd'hui, même sur des machines et des langages de programmation qui n'existent pas encore. Les sources sont gratuites, les normes sont disponibles, un programmeur aura tôt fait de rendre les fondements compatibles. C'est un gage de pérennité.
Le cryptage représente lui un danger pour la conservation des films : sans la clé de décryptage, le DCP n'est qu'une suite indéchiffrable de zéros et de uns.
En termes de supports, le DCP est aussi fragile que son support, et les supports numériques d'aujoud'hui ne sont pas prévus pour durer des dizaines d'années. Pour répondre à cette fragilité, Charbon propose un archivage de DCP dématérialisé.
Définitions
 
DCI c'est les initiales de…
Digital Cinema Initiative :
le consurtium de 7 studios américains qui a créé la norme du Cinéma Numérique : Disney, Bros, Universal, MGM, Paramount, Sony, Fox
CPL c'est les initiales de…
Composition Play List :
un ensemble de fichiers sons, images, et sous-titres mis ensemble pour former une version du DCP.
Il faut prévoir une CPL différente pour chaque version (exemple : 1 CPL son VO, 1 CPL son VO sous-titres français, 1 CPL son VF, etc…).
Contrairement à un Blu-ray ou à un DVD, le projectionniste n'a pas accès à un menu lui permettant de choisir séparément son, image, et sous-titres. Le projectionniste doit simplement choisir la bonne CPL.
KDM, c'est les initiales de…
Key Delivery Message :
la clé de décryptage qui permet de déverrouiller un DCP crypté, pour une certaine salle pendant une certaine période.
DKDM, c'est les initiales de…
Distribution Key Delivery Message :
c'est une KDM émise non pas pour un système de projection, mais pour un système de post-production, qui pourra alors décrypter le DCP ou le modifier ou émettre à son tour d'autres clés de décryptage.
DCDM, c'est les initiales de…
Digital Cinema Distribution Master :
c'est le master déjà aux normes du cinéma numérique (espace couleur 'XYZ', gamma '2.6'), mais pas encore compressé en jpeg-2000.
Le DCDM est demandé par certains acteurs institutionnels (dont la Fédération Wallonie-Bruxelles en Belgique) comme copie légale.
En théorie, un DCDM est un produit intermédiaire à partir duquel est généré le DCP.
En pratique, dans certains labos, dont Charbon, le DCP est généré directement à partir de l'étalonnage, sans aucun intermédiaire, pour en exploiter au mieux la qualité.
Le DCDM n'est pas un support idéal de conservation numérique de films, car il est 10 fois plus lourd qu'un DCP, et loin d'être aussi standardisé/normé.
Il se présente sous forme d'une suite d'image (tif, dpx…) et de sons associés (wave) dans un ou plusieurs dossiers organisés ou non en bobines, le tout mis sur un disque dur.
LUT, c'est les initiales de…
Look Up Table :
une table de conversion de couleurs, qui permet de voir sur un médium (exemple : projecteur HD) ce que donnerait l'image affichée sur un autre médium (exemple : projecteur DCI), ou de garder des couleurs constantes en changeant de médium.
Les LUT 3D ont 3 dimensions.
Smpte, c'est les initiales de…
Society Of Motion Picture & Television Engineers :
un organisme qui propose des normes à suivre par l'industrie du cinéma et de la télévision. La Smpte a repris et développé les normes étroites du consortium DCI, pour en faire des normes beaucoup plus universelles, donc durables. Les normes ne se sont stabilisées qu'en 2011, et mettent du temps à remplacer les vieilles pratiques Interop.
On parle de normes Smpte à la fois pour le DCP, pour la KDM, et pour les sous-titres.
En cinéma numérique, le contraire de Smpte, c'est Interop.
Interop ?
Interop comme "Inter-operabilité" : un ensemble de pratiques suivies par les acteurs du Digital Cinéma, pour combler le vide laissé par l'absence temporaire de normes mondiales.
Bien qu'aujourd'hui dépassé et remplacé par les normes Smpte, l'Interop fait de la résistance. Il a presque disparu pour les KDM, mais reste très présent dans les sous-titres (ça s'appelle alors Interop/CineCanvas), et persiste encore pour le DCP.
Il n'est pas rare de faire un DCP Smpte avec une clé KDM Smpte, et des sous-titres Interop.
Le JPEG-2000, c'est quoi ?
L'algorythme de compression très efficace au cœur du DCP. La compression se fait sans perte de qualité visible à l'oeil nu.
Qu'est-ce qu'un ingest (ou import) de DCP ?
  • C'est l'action de copier un DCP depuis son support (disque dur, clé usb, internet…) sur le serveur DCP.
  • L'ingest est obligatoire, le DCP ne peut être lu directement depuis son support.
  • Pendant l'ingest l'intégrité des medias est contrôlée, à la moindre anomalie l'import échoue
DCP supplemental ?
C'est un DCP qui ajoute une ou plusieurs versions à un DCP original déjà masterisé.
Les versions supplémentaires changent le son (ex. : version doublée française) et/ou des sous-titres (ex. : vo sous-titrée français…).
Les DCP supplemental ne contiennent pas les medias qu'ils ont en commun avec le DCP original. Ceci a deux conséquences :
  • Il est possible d'envoyer par email un DCP supplemental d'une version sous-titrée, car le DCP supplemental ne porte alors ni audio ni vidéo, et est donc très léger (charge alors au projectionniste de mettre le DCP supplemental sur une clé USB pour en faire l'ingest sur son serveur).
  • Il est nécessaire de faire l'ingest du DCP original avant de faire l'ingest du DCP supplemental.
Source
 
Peut-on faire un DCP depuis un DVD, un Blu-ray, une Beta, une DV… ?
Oui, avec des résultats encore meilleurs que le support original, dans la mesure où tout ce qui est en définition standard bénéficiera d'un upscale hardware vers le HD.
Peut-on faire un DCP à partir d'une image entrelacée ?
Oui avec de très bons résultats, moyennant des techniques avancées :
  • si l'image est SD elle bénéficiera d'un upscale hardware vers le HD
  • l'image HD sera ensuite désentrelacée spécialement pour garder la pleine résolution des zones sans mouvement
Peut-on faire un un DVD, un Blu-ray, une HDCAM… depuis un DCP ?
Oui, avec de très bons résultats puisque le DCP est un master de très haute qualité.
Quelles sont les résolutions du DCP ?
La résolution de l'image DCP projetée en 2K est de 1998x1080 (ratio 1.85, projecteur en mode 'flat'), ou 2048x858 (ratio 2.39, projecteur en mode 'scope'). En 4K il s'agit de 3976x2160 (flat) et 4096x1716 (scope).
Les ratios différents sont obtenus en entourant l'image de noir numérique. Les résolutions sont en 2K :
  • 1440x1080 pour du 4/3 (bords noirs sur les côtés)
  • 1792x1080 pour du 1.66 (bords noirs sur les côtés)
  • 1920x1080 pour de la HD 1.78 (bords noirs sur les côtés)
  • 1998x1080 pour du 1.85 (pas de bords noirs)
  • 2016x858 pour du 2.35 (bords noirs sur les côtés)
  • 2048x858 pour du 2.39 (pas de bords noirs)
Comment éviter d'avoir du noir sur tous les bords ?
  • La largeur de l'image doit correspondre à la largeur du standard choisi : 1998 en flat 2K, 2048 en scope 2k, 3996 en flat 4K, 4096 en scope 4K
  • Ou la hauteur de l'image doit correspondre à la hauteur du standard choisi (1080 en flat 2K, 2160 en flat 4k, 858 en scope 2k, 1716 en scope 4K)
  • Sinon le projecteur DCP rajoute du noir numérique pour arriver aux résolutions supportées
  • Beaucoup d'écrans sont scope (2.39) : quand ils sont utilisés en flat (1.85), l'image ne remplit pas tout l'écran, il y a des bords noirs sur les côtés. Il s'agit là d'un noir d'absence de projection, plus profond que le noir numérique rajouté par le projecteur.
Pour les films letterbox ?
  • Certains films sont livrés pour le mastering DCP avec des bords noirs dans le master. C'est le cas par exemple des films 1.85 masterisés en HD (ratio 1.78) : ils ont des bords noirs en haut et en bas.
  • Si on masterisait tel quel un de ces films en DCP, on obtiendrait une image qui aurait des bords noirs en haut et en bas (ceux présents sur le master) et sur les côtés (ceux rajoutés à la projection numérique FLAT pour une résolution horizontale inférieure à 1998px).
  • Il faut donc zoomer dans l'image de manière à ce qu'une des vraies dimensions de l'image corresponde à une des dimensions du DCP. Pour le cas du 1.85 masterisé en HD, la véritable résolution est de 1920x1038, il faut zoomer jusqu'à obtenir du 1998x1080 : c'est un zoom de 4%, réalisé au cours du mastering DCP.
Versions
 
2K ou 4K ?
La projection 4K est encore très rare en Europe, même si l'industrie, qui aimerait bien continuer à vendre des systèmes de projection au même rythme, le met très en avant.
Sur un écran de 10 mètres de base, chaque pixel mesure 5mm en 2K, et 2,55mm en 4K. A une distance de 6 mètres, un œil humain discenera des détails de 2mm (un bon œil a un pouvoir de résolution de 30 cycles par degré)
Si la projection 4K se généralise, les films d'aujourd'hui tournés en 4K ont donc tout intérêt à faire des masters DCP 4K.
le 4K rend-il obsolètes les DCP et serveurs DCP 2K ?
Non, puisque un DCP 2K peut être lu sur un serveur 4K, et un serveur 2K peut lire un DCP 4K… en résolution 2K
24 ou 25 images par secondes ?
A la base, le DCI ne prévoyait que le 24 images/seconde. Ce n'est que plus tard que la Smpte a fixé de nombreuses autres cadences, dont le 25. La norme Smpte est en cours de généralisation.
On peut estimer que plus de 85% des serveurs DCP supportent aujourd'hui le 25 images / seconde.
Faut-il ralentir les films tournés à 25 images par secondes ?
Ce serait dommage qu'un film @25 passe systématiquement ralenti juste pour quelques projecteurs incompatibles.
La meilleure solution est de faire une version de secours @24 en plus de la version normale @25, ce que Charbon propose systématiquement.
Comment ralentir un film de 25 à 24 images par seconde ?
Les images n'ont pas besoin de traitement particulier, mais le son doit être ralenti de 4%.
  • soit un studio de mixage harmonise. Avantage : ne change pas la hauteur des sons. Inconvénient : peut introduire des artefacts
  • soit on ralentit le son. Avantage : économique, pas d'artefact. Inconvénient : baisse du timbre de près d'un demi ton.
    Ecoutez un son originalet sa version ralentie
Sous-titrage
 
Est-ce qu'il vaut mieux incruster à l'image les sous-titres d'un DCP ?
Ce n'est pas obligatoire, puisque les serveurs DCP supportent en général soit les sous-titres Interop/Cinecanvas soit les sous-titres smpte, et que Charbon met systématiquement les deux normes sur le DCP.
Incruster les sous-titres à l'image permet d'être sûr que le sous-titrage ne posera jamais de problèmes quel que soit le serveur, et de contrôler parfaitement la mise en forme du texte.
Laisser les sous-titres séparés rend d'éventuelles modifications et le versioning plus faciles, en plus de faire ressortir les sous-titres plus fort de l'image projetée.
En résumé : les sous-titres gravés sont la solution la plus sûre, les sous-titres à part sont la solution avec le meilleur rapport fiabilité/prix.
Qu'est-ce que le sous-titrage Interop/CineCanvas ?
C'est l'ancienne norme de sous-titrage, vouée à disparaître mais encore majoritaire.
Les sous-titres sont ajoutés par le projecteur d'après un fichier de sous-titrage xml transmis par le réseau.
C'est une technologie propriétaire développée par TexasInstruments.
Qu'est-ce que le sous-titrage Smpte ?
C'est la nouvelle norme de sous-titrage, vouée à remplacer l'Interop.
Les sous-titres sont ajoutés par le serveur DCP, d'après un fichier de sous-titrage mxf.
Comment avoir un contrôle total sur la mise en forme des sous-titres DCP ?
Soit en les gravant dans l'image, soit en incrustant les sous-titres sous forme d'images plutôt que de texte.
Charbon est un des seuls laboratoires du monde à rendre ses sous-titres SMPTE sous forme d'images, ce qui permet d'avoir à la fois un contrôle total sur leur apparence et toute la souplesse du versioning DCP.
J'ai fait faire un DCP avec version sous-titrée, et j'ai reçu 5 versions ?
Charbon propose systématiquement de faire une version de secours @24 pour les films tournés @25. Donc on a 2 versions de base : 1 version aux normes récentes Smpte @25, 1 version de secours aux vieilles normes interop @24.
En sous-titrage aussi, il y a deux normes qui cohabitent : la récente, promise à durer, Smpte, et l'ancienne, en voie d'obsolescence, Interop. Charbon met systématiquement sur le même DCP les deux normes.
Donc en tout, il y a :
  • la version 25 Smpte sans sous-titre
  • la version 25 Smpte avec sous-titres Smpte
  • la version 25 Smpte avec sous-titres interop
  • la version 24 interop sans sous-titres
  • la version 24 interop avec sous-titres interop
On a ainsi toutes les chances que le DCP soit correctement projeté partout
Cryptage
 
Qu'est-ce qu'un DCP chiffré (ou "crypté") ?
C'est un DCP qui a été chiffré au moment de sa création.
Les projections du DCP doivent être autorisées au cas par cas, pour une CPL et une salle spécifique, au moyen d'une kdm
Sans kdm, le DCP est indéchiffrable.
Qui peut émettre une KDM ?
  • Le laboratoire qui a fabriqué le DCP crypté
  • Le client si il est en posessession d'une dkdm (sauf demande contraire, Charbon remet toujours à son client une dkdm)
  • Un prestataire externe de kdm pour qui une dkdm a été émise.
Mon DCP est crypté, comment être sur qu'il ne deviendra pas indéchiffrable ?
Charbon livre systématiquement la clé de décryptage permettant de générer d'autres clés (la DKDM).
Au besoin, les certificats ssl ciblés par la DKDM sont fabriqués pour le client.
Ainsi, le client peut archiver soigneusement DKDM et certificats, et savoir qu'au besoin il pourra toujours faire décrypter son DCP.
Mon DCP est crypté, comment en autoriser la projection ?
En émettant une KDM spécifique pour la combinaison CPL/serveur DCP.
Charbon offre à ses clients la génération en ligne gratuite et illimitée de KDM.
Mon DCP est crypté, je voudrais le modifier ?
Pour que Charbon puisse intervenir sur votre DCP crypté fait à l'extérieur, il faut émettre une kdm pour le certificat de Charbon
Mon DCP est crypté, et je n'ai pas la possibilité d'émettre une KDM ?
Le DCP est alors indéchiffrable et ne peut être modifié.
Outil KDM
 
Quelle est l'adresse courte de l'outil KDM ?
kdm.charbon-studio.com
A quoi sert l'outil KDM ?
A autoriser la projection de votre DCP crypté fait à Charbon, dans une certaine salle, à une certaine période
L'outil KDM est-il sûr ?
Oui :
  • connexion en SSL 256 bits (la même que pour les paiements en ligne)
  • accès protégé par mot de passe
  • aucun intervenant externe à Charbon Studio dans l'administration du système
  • les certificats proposés ne sont issus que de bases de données de confiance
Qu'est-ce qu'un certificat ?
C'est un fichier numérique (.crt ou .pem) unique à chaque serveur DCP. Une KDM émise pour un certain certificat ne sera utilisable que par le serveur DCP correspondant à ce certificat.
D'où proviennent les certificats présents dans la base de l'outil KDM ?
Du CNC, d'Ymagis, de Doremi, de Qube, de XDC/Dcinex, de GDC, de Dolby, de Sony, et de recherches effectuées par Charbon Studio auprès des exploitants.
L'outil KDM en chiffres ?
  • pays
  • cinémas
  • salles
  • certificats
Y a-t-il toutes les salles numériques du monde dans l'outil KDM ?
Il y a tout celles pour lesquelles nous avons obtenu les informations. Si vous avez besoin d'ajouter des salles ou toute une base de données, contactez-nous.
De plus, les certificats qui ne sont pas liés à une salle peuvent être utilisés à partir du numéro de série du serveur DCP auquel ils correspondent.
Enfin vous avez la posibilité de charger vous-mêmes les certificats dont vous avez besoin dans l'outil KDM.
Le processus
 
Quels sont les délais de fabrication d'un DCP ?
1 semaine après la livraison de tous les éléments (image, son, sous-titres).
Au besoin il est possible de souscrire à l'option urgence et de ramener les délais à 48H ouvrées.
Quel traitement subit l'image HD pour passer en DCP ?
  • Dans un DCP, les couleurs sont exprimées en XYZ. Les couleurs d'un master HD sont généralement exprimées en RGB. Il faut donc convertir de RGB-HD vers XYZ.
  • Il y a aussi une correction de gamma à faire, puisque le gamma de la HD est de 2.2, alors que le gamma du DCP est normalisé à 2.6.
  • La luminosité nominale est de 48 candela par mètre carré et n'a pas besoin d'être changée.
  • L'image source sera redimensionnée au besoin pour faire correspondre au moins un de ses dimensions (largeur ou hauteur) à une des deux résolutions du DCP.
Peut-on faire un DCP gratuitement, pour quel résultat ?
On trouve des outils gratuits de création DCP, notamment OpenDCP.
Par défaut, un DCP "gratuit" aura des fonctionnalités réduites (versioning, cryptage), et des couleurs potentiellement moins profondes. Tout dépendra de la qualité de la solution utilisée pour les conversions de couleurs.
Gratuits ou payants, tous les outils du marché ont de toute façon en commun beaucoup de code opensource. L'important n'est pas tellement l'outil mais avec quel soin et quelle expérience il est manié, et dans quel workflow.
Quel système utilise Charbon pour le mastering DCP ?
Charbon utilise sa propre combinaison d'outils payants (CineSpace, daVinci Resolve, LightSpace), d'outils entièrement développés in-house (sous-titrage, versioning, génération kdm), d'outils adapté à partir de code opensource (digital cinematools), et d'outils opensource (asdcp-test).
Fidélité
 
De quoi dépend la qualité d'un DCP ?
De la qualité de son DCDM.
Charbon masterise systématiquement en 16 bits son DCDM, pour tirer profit au maximum des 4096 nuances de rouge, vert, bleu, gris offerts par le DCP. Pour avoir des couleurs fidèles et profondes, la conversion de couleur RGB-HD vers XYZ est réalisée avec une LUT 3D spécialement conçue.
Comment s'assurer de la fidélité des couleurs du DCP ?
  • Charbon utilise une LUT 3D spécialement conçue, qui permet de retrouver en DCP une parfaite fidélité de couleurs avec celles du HD.
  • Nous disposons aussi de la LUT inverse, qui permet de passer du DCP en HD.
  • Vu que l'espace couleur du DCP est plus grand que celui de la HD, le processus est totalement transparent, on peut passer du HD au DCP et revenir du DCP en HD sans aucune différence significative.
Combien faut-il prévoir de versions pour obtenir un DCP fidèle ?
1 seule, peu importe où le film a été étalonné pourvu que ce soit avec une projection HD bien calibrée.
Vu que l'espace couleur du DCP est plus grand que l'espace couleur du HD, on obtient en DCP des résultats parfaitement fidèles au master HD.
En cas de doutes sur l'image étalonnée fournie pour faire le DCP ?
Il est possible de faire une rapide vision de pré-mastering au studio. L'image projetée au studio est fidèle avec l'image vue en salle de cinéma.
Quel poids fera mon DCP ?
Les normes DCP précisent une limite de 250 Mbits par seconde pour l'image, soit 31 MB / seconde, ou 1.8 GB par minute, ou 111 GB par heure.
C'est moins que le Prores 4444 (330 Mbits / seconde), et un peu plus que le Prores HQ (220 Mbits / seconde).
Mais le DCP utilise la compression JPEG-2000, bien plus efficace que le Prores pour compresser l'image fidèlement et légèrement. Non seulement il n'y aura aucune perte depuis un master Prores HQ ou Prores 444, mais il arrivera même que le DCP soit beaucoup plus léger qu'un master Quicktime, surtout quand de larges extraits du film sont issus de petites caméras.
A Charbon, les films étalonnés sont sortis directement en DCP, sans passer par un intermédaire quicktime. Ça donne des DCPs lourds… et fidèles !
Fiabilité
 
De quoi dépend la fiabilité d'un DCP ?
  • du soin apporté à la sa fabrication : à Charbon les contrôles d'intégrités sont automatisés et la vision humaine intégrale systématique et doublée
  • de la qualité de son support : Charbon préconise des disques de qualité serveur ('Server-grade' ou 'Enterprise-grade').
Pourquoi faut-il préférer les disques de qualité serveur ?
  • Il suffit d'une seule erreur à la lecture d'un des 2400 milliards de bits qui composent un DCP de long métrage (300 GB) pour que l'ingest échoue : ce n'est pas un bug, c'est une caractéristique des serveurs DCP. L'intégrité des medias y est systématiquement contrôlée à l'import, et le DCP est refusé à la moindre anomalie .
  • Un disque consommateur a une chance sur 100 000 milliards d'avoir une erreur de lecture à chaque bit. Un disque de qualité serveur est 10 fois plus fiable.
  • La probabilité d'un échec d'ingest est ainsi de 2.5% de chances pour un disque consommateur (formule), contre 0,25% pour un disque de qualité serveur (formule)
Quel est le support le plus fiable ?
Le disque DCI : voir le guide des supports DCP
Clonage
 
Qu'est-ce qu'une image disque d'un DCP ?
C'est le clone d'un support DCP, enregistré sous forme d'un fichier ".img".
Avec le bon outil, cette image disque peut être reproduite sur un nouveau support DCP, avec simplicité et fiabilité.
Comment reproduire un DCP sous Mac ?
Charbon Studio a développé pour ses clients "CharbonDCPImage", pour reproduire les DCPs avec simplicité et fiabilité.
Il n'y a que 2 réglages à faire :
- sélection de l'image disque du DCP (fournie par Charbon)
- sélection du support (clé USB, disque dur, etc…)
Comment reproduire un DCP sous Windows ?
Avec Win32DiskImager.
L'utilisation est simple, il n'y a que 2 réglages à faire :
- sélection de l'image disque du DCP (fournie par Charbon)
- sélection du support (clé USB, disque dur, etc…)
Quel est la fiabilité d'un DCP reproduit à partir d'une image disque ?
Excellente, car tout le travail fait pour avoir un DCP parfaitement aux normes est ainsi préservée.
La fiabilité de la reproduction dépend donc entièrement de la fiabilité du support choisi (c'est une bonne raison pour utiliser des supports de haute qualité, et en particulier pas des clés USB bon marché).
Par contre, la reproduction à partir d'une image disque n'inclut pas de contrôle d'intégrité intégral, contrairement à une reproduction faite au studio.
Mais je croyais que ni les Mac ni les Windows ne reconnaissent les DCP ?
C'est vrai, par défaut ils ne peuvent pas lire un disque DCP, mais ils peuvent quand même le reproduire fiablement, à partir d'une image disque.
C'est l'intérêt de la technique du "clonage" à partir d'une image disque : le disque DCP entier est cloné, l'ordinateur n'a pas besoin de reconnaître ce qu'il contient.
Différence entre un clonage et une reproduction faite au studio ?
Au studio, nous faisons systématiquement un contrôle complet de l'intégrité des données (et une fois sur 30 en moyenne, corrigeons une erreur de disque ainsi détectée), alors que le clonage ne permet pas ce contrôle.
A part ça, sous Mac, avec CharbonDCPImage : il n'y a aucune différence.
Sous Windows, avec Win32DiskImager :
  • pour les images disques DCPs faites avant le 01/02/2016 : les disques DCPs clonés n'autont pas de table de partition, et ne fonctionneront "que" avec 95% des serveurs du monde.
  • pour les images disques DCPs faites entre le 01/02/2016 et le 18/05/2016 : il faudra utiliser un support de 256GB ou plus, et sinon aucune différence.
  • à partir du 18/05/2016, aucune différence,
J'aimerais bien une image disque de mon DCP !
  • Pour un master DCP fait à Charbon à partir du 01/01/2015 : c'est inclus !
  • Pour un master DCP fait à Charbon avant le 01/01/2015 : c'est le même prix qu'une reproduction.
  • Pour un master DCP fait chez nos confrères, ça coûte le prix d'une reproduction + le prix d'un "import DCP fait à l'extérieur"
J'aimerais bien tester mon DCP reproduit à partir d'une image disque !
Aucun problème, envoyez nous votre première reproduction, nous en testerons un ingest complet, sans frais (hors frais de ports).
J'aimerais bien tester le clonage d'image disque avec un DCP léger ! !
CHARBON-SON-51_TST_F-178_XX-XX.img est une image disque légère, à utiliser avec CharbonDCPImage.
Il s'agit d'un DCP de test du son surround.
Mon Mac ne veut pas ouvrir CharbonDCPImage ?
Apple croit bon d'empêcher par défaut le lancement d'applications téléchargées ailleurs que sur leur "App Store".
Un message de ce type s'affichera alors : Impossible d’ouvrir « CharbonDCPImage.app », car cette app n’a pas été téléchargée à partir du Mac App Store.
Ce qu'il faut faire :
Vous cassez le marché en facilitant ainsi la reproduction de DCP ?
Non, notre métier, ce n'est pas de vendre des disques avec des données dessus, c'est de finir des films, et de leur donner les moyens d'aller à la rencontre de leur public.
Au plus les reproductions sont fiables et accessibles, au plus les porteurs de films sont autonomes dans leurs reproductions, donc dans leurs urgences, au plus tout le monde est serein, nous y compris.
Support
 
Je n'arrive pas à lire le DCP masterisé par Charbon sur mon ordinateur ?
Charbon suit les spécifications DCI et livre les DCP sur des disques formatés Linux (Etx3).
Mac OS et Windows ne savent pas lire le disque, ce qui est une chance puisque cela évite leur corruption.
Puis-je avoir une copie du DCP sur mon disque dur original ?
Oui, d'ailleurs Charbon copie systématiquement le DCP sur le disque original (disque fourni par le client pour livrer la matière numérique).
Le disque doit avoir été formaté en HFS+ ou Exfat (ou alors pouvoir être formaté par Charbon).
Puis-je livrer au cinéma mon disque dur original ?
Non : la copie sur le disque original du DCP est faite pour faciliter la sauvegarde et la future duplication du DCP.
Pour faire un ingest, les serveurs DCP ont besoin d'un disque préparé spécialement.
Comment doit-être préparé un disque pour livraison DCP à un cinéma ?
Les spécifications DCI, scrupuleusement suivis par Charbon, exigent de livrer un disque formaté en Ext3 (Linux), avec une seule partition type "MBR".
En pratique, le format NTFS des disques Windows est assez répandu.
Le dossier du DCP se trouve à la racine du disque dur.
Quelles opérations comporte une duplication DCP ?
Pour reproduire un DCP, Charbon partitionne le support, le formatte en Ext3, copie les données, et procède à un contrôle d'intégrité complet des données copiées pour avoir la certitude que le DCP a été reproduit à l'identique.
Projectionnistes
 
Je ne sais pas quelle version projeter sur un DCP Charbon ?
Charbon livre systématiquement les versions sous-titrées à la fois dans le vieux standard Interop et dans la nouvelle norme Smpte.
Si votre installation permet la projection de sous-titres SMPTE, c'est la version à privilégier.
Pour les films @25, Charbon livre sur demande du client une version de secours @24 : à n'utiliser que si votre installation ne supporte pas le 25 images par seconde.
Pourquoi privilégier les sous-titres SMPTE ?
Charbon est un des seuls laboratoire à incruster les sous-titres sous forme d'image plutôt que de texte pour les sous-titres SMPTE.
On obtient ainsi un contrôle total sur leur positionnement, leur taille, l'épaisseur et la douceur de la bordure, etc…
J'ai téléchargé un DCP en FTP et mon serveur ne le reconnaît pas
Les clients FTP sont susceptibles de corrompre les fichiers xml quand ils sont réglés en mode "ascii".
Solution : utiliser plutôt le SFTP ou régler votre client pour transférer en mode binaire (pour Filezilla : menu Transfert -> Type -> Binaire). Ou alors télécharger le DCP en FTP directement depuis votre serveur DCP.
Pour télécharger un DCP sur un Doremi DCP2000 en FTP ?
  • Ouvrir Menu / System / Control Panel / Ingest Manager
  • Content Feed Manager
  • Cliquer sur Add en haut à gauche puis remplisser le formulaire :
    • Identifier : le nom qu'aura ce serveur : utiliser un nom qui parle au projectionniste
    • Server IP : l'adresse IP du serveur FTP. Pour le serveur ftp.charbon-studio.com, c'est 62.210.200.104 ; attention à ne pas écrire 062 plutôt que 62, sinon ça fait bugger le Doremi
    • Username / Password : nom d'utilisateur et mot de passe du compte ftp
    • DCP Interface
  • Une fois les paramètres renseignés, cliquer sur "Browse" pour vérifier que vous avez accès aux répertoires du compte ftp.
  • Cliquez sur "Save", et "Quit".
  • Relancez "Ingest Manager" (dans Menu / Doremi Apps, c'est l'application qui s'ouvre automatiquement quand on connecte un media au serveur)
    • Par défaut "Ingest Manager" recherche les DCPs sur des media branchés au serveur. Pour lui demander d'aller chercher plutôt les DCP sur le compte FTP qu'on vient de configurer, il faut cliquer sur la flèche à côté de "Local Storage" et sélectionner le serveur FTP nouvellement configuré.
    • arrow
    • L'ingest se fait alors normalement.
    • D'après nos tests cette méthode marche parfaitement pour des téléchargements durant quelques (dizaines de) minutes.
Je n'arrive pas à faire l'ingest d'un DCP fait par Charbon !
Charbon respecte à 100% les normes du DCP, contrôle systématiquement tous ses masters et l'intégrité de toutes ses copies.
Donc le plus probable est que le support est endomagé (physiquement ou au niveau des données) ; dans ce cas, demander une nouvelle copie à la production ou au distributeur, ou si le DCP a été téléchargé en ligne recommencer un nouveau téléchargement.
En cas de doute, pour nous aider à cerner le problème, merci de communiquer à info@charbon-studio.com :
  • - modèle de serveur DCP
  • - méthode d'Ingest (CRU, Esata, USB, Internet…) ?
  • - quel type de support (disque, clé usb, immatériel…) et quelle provenance ?
  • - est-ce que d'autres méthodes d'ingest ont été essayés ?
  • - est-ce que le serveur DCP réagit quand on branche un disque ?
  • - est-ce que l'ingest démarre ?
  • - est-ce que la lecture de la CPL, si oui, à quel moment survient le problème ?
  • - nom (AnnotationText) de la CPL qui ne se lit pas comme attendu
  • - uuid de la CPL qui ne slit pas comme attendu
  • - quel message d'erreur est affiché ? (merci de prendre une photo de l'écran)
J'ai fait l'ingest d'un DCP mais je ne le vois pas dans ma liste de contenus !
  • Une fois l'ingest fait, il faut rafraîchir la liste des contenus (ce qui se fait sur un Doremi DCP-2000 en cliquant sur la flèche verte dans CineLister).
  • Il faut ensuite chercher le DCP dans la bonne catégorie :
    • les DCP "TST" vont dans "tests"
    • les DCP "SHR" vont dans "Short Movies"
    • les DCP "FTR" vont dans "Feature Films"
    • les DCP "TLR" vont dans "Trailers"
  • Sur Doremi DCP-2000, il est possible de faire une recherche manuelle en cliquant sur la loupe, puis "custom", et entrer quelques lettres du titre du DCP.
  • Si après rafraîchissement de la liste le contenu n'apparaît dans aucune des catégories et que la recherche "custom" ne le montre pas, c'est sans doute que en dépit des apparences l'ingest ne s'est pas fait correctement
Comment exporter les logs d'un DCP-2000 ?
  • Bouton "Menu" / "Doremi Apps" / "SM Log Viewer"
  • Sélectionner les lignes de logs à exporter (ne pas hésiter à en prendre plus que le strict moment qu'on essaye d'analyser, les logs ne contiennent aucune information confidentielle), puis cliquer sur "Exporter".
  • Une methode simple pour récupérer les logs est de les enregistrer sur une clé USB formatée en FAT32