Guide des supports de projection

DCP
  • Le DCP (ou Digital Cinema Package, ou Cinéma Numérique) est la version numérique de la copie 35mm : c'est le format que supportent tous les multiplexes et un nombre croissant de petites salles.
  • Un DCP se présente sous la forme d'un dossier contenant des fichiers numériques. Il peut-être transporté par une clé USB (bande annonces...), un disque dur, internet, etc...
  • Les images sont encodées en JPEG-2000 : c'est un algorithme de compression très efficace, qui permet de rendre l'image plus légère sans perdre de détails visibles à l'oeil nu.
  • Un DCP est relativement léger : environ 300 GO pour un long-métrage, moins de 100 GO pour un court.
  • qualité
    10
  • fiabilité
    10
  • souplesse
    07
  • présent dans les grandes salles
    09
  • présent dans les petites salles
    02
Avantages
  • qualité exceptionnelle
  • robustesse : toute la chaîne du DCP est très solide, les salles équipées pour les lire sont susceptibles d'être soigneusement calibrées
  • reproductible à peu de frais : pour obtenir une copie d'un DCP non crypté, il suffit de copier le dossier du DCP d'un support vers un autre (par ex. : d'un disque dur vers un deuxième disque dur).
  • sous-titrage : il est possible d'ajouter des sous-titres à un DCP sans tout réencoder
Inconvénients
  • Pluralité des normes : le DCI (Digital Cinema Initiative), porté par les studios Hollywoodiens, a donné lieu au standard Interop, très rigide au niveau des cadences et des résolutions. Les normes de la SMPTE, très récentes (2010), ont largement ouvert le standard, introduisant notamment des cadences vidéo (25, 50 images par secondes, etc...). Tous les serveurs DCP n'ont pas forcément été mis à jour, et tous ne supportent pas forcément le 25 images par secondes.
    En pratique, les serveurs DCP rencontrés par Charbon, de Belgique, de France, d'Allemagne et de Norvège, XDC, Barco, et Doremi (qui représentent la grosse majorité des serveurs DCP d'Europe), supportent parfaitement le 25 images par seconde, en plus du 24.
    Par contre, les serveurs Qube ne supportent eux que le 24 images par secondes.
  • Support du sous-titrage : les normes de sous-titrage sont elles aussi passées de 'Interop' à 'Smpte' et le support de telle ou telle norme n'est pas garanti. Aujourd'hui, le seul moyen d'être sûr à 100% que les sous-titres ne poseront pas problème est de tester le DCP dans la salle où il sera diffusé, ou de 'brûler' (intégrer) les sous-titres à l'image (ce qui nécessite de refaire tout le travail d'encodage).
  • Cryptage : les DCP peuvent être cryptés, de manière à n'etre lisibles que par un serveur DCP bien précis, à un moment bien précis. Il faut alors délivrer des 'clés' (KDM, Key Delivery Message) qui posent parfois problème quand une erreur se glisse dans un numéro de série, dans une version de sous-titrage, etc...